Éclat de cœurs 2021

ÉCLAT DE CœURS

Le comité de lecture du Centre Dramatique Des Villages du Haut Vaucluse
a décerné le prix Éclat de Cœurs 2021
au texte de Stéphane Bientz
HEMATOME(S)
édité aux éditions Espaces 34 

Résumé

C’est l’histoire de trois enfants qui se rencontrent et vont se lier d’une amitié forte qui va leur permettre de surmonter les épreuves qu’ils endurent, épreuves physiques et psychologiques, surmonter leurs peurs, surmonter la maltraitance des adultes, et vaincre le dragon.

Dilo et Tom rencontrent Ema sur la plage peu avant la rentrée des classes. C’est une nouvelle de l’âge de Tom qui vient d’emménager dans l’unique maison de l’île du Creux du Diable et qui ne se sépare jamais de Tatou sa poupée. Les trois enfants deviennent inséparables dans une relation très étrange de non-dits, de silence, de fuite, de coups, de souffrance, d’amitié…une relation, entre trois enfants, complexe.

Ce que pensent les lectrices/lectures (extraits des fiches de lecture)

« J’ai débuté cette lecture en me disant : oh la la une pièce pour jeune public…pfff, pas trop ma tasse de thé…. Et puis le conte enfantin se transforme en une sorte de Hansel et Gretel revu et corrigé…. Je me laisse happée comme Tom par la curiosité d’en savoir plus sur Ema et Dilo…. Et je ne suis pas déçue. Je me retrouve dans un polar pour enfants, mené par des enfants avec une écriture adulte. Aucun adulte n’a de place. Je vis avec Tom la peur de cette marée, des orages, je goûte la pluie, l’eau sur les jambes de Dilo. Comme elle, j’ai mal quand Ema lui pose la main sur l’épaule. Mais pourquoi Dilo a-t-elle mal à l’épaule ? Comme dans un bon polar, je cherche, creuse, furette pour essayer de découvrir le secret d’Ema, de Dilo….. Et quand enfin, par une métaphore, Tom annonce que le dragon, père d’Ema, la violente, je savoure la résolution de l’enquête. »

« Le titre est particulièrement bien trouvé Hématome(s) pour Ema et Tom, les deux enfants amoureux. Si les hématomes sont monnaie courante sur les jambes des bambins, ceux camouflés sous des collants ou des manches longues en plein été sont suspects de même que les bleus au cœur ou à l’âme qui ne sont pourtant pas visibles à l’œil nu…C’est de ceux-là dont parle cette pièce écrite avec les mots, la vision et l’imaginaire d’enfants. »

« Plaisir, oui, malgré le thème lourd et tragique, grâce à l’écriture et à la construction de la pièce. La langue est belle et parfois très poétique. Le langage prêté aux enfants n’est ni débilitant, comme hélas c’est le cas parfois, ni infantilisant. Cela permet au lecteur que je suis de garder une certaine distance par rapport à l’histoire violente qui nous est contée. L’auteur mélange des dialogues finement ciselés et les adresses au public, Tom étant le narrateur principal mais pas unique. Ces adresses nous ramènent au niveau du conte et me permettent une certaine distanciation par rapport à la fable contée (répétition mais tant pis, je maintiens).

L’océan est omniprésent dans la pièce et la construction m’a fait penser au ressac des vagues, tantôt apportant des informations terribles, distillées vagues après vagues, tantôt refluant et laissant la plage libérée pour l’amitié naissante des trois enfants. Et parfois l’océan gronde, la tempête menace, alors les scènes deviennent plus courtes, l’écriture plus urgente. »

Extrait de "hématome(s)"

2 – SUR LE RETOUR

TOM :

Lorsque la porte de la classe s’est ouverte, grande, il y avait la directrice qui nous a présenté Ema. Celle-ci portait de longues chaussettes sous sa jupe et un gilet bleu nuit. Elle ne m’a pas regardé, Ema, j’espérais, j’espérais qu’elle me cherche, avec ses grandes prunelles profondes, profondes comme deux lacs, que nos yeux se rencontrent, se reconnaissent, j’espérais

mais Ema s’est assise à côté de personne de personne toute seule sans un regard

vers moi.

/

Tant pis, je me suis dit tant pis.

J’aurais dû parier avec elle quand je l’avais rencontrée l’autre jour, que je me suis dit,

j’avais dit, je l’avais dit, qu’on serait dans la même classe réunis.

/

À la récréation, Yui et Aby lui ont posé des tas de questions du

style «tuviensdoùtufaisquoitasquelâgetuaimeslesglacestasunchatcestquoitacouleur

préférée ». Je n’ai pas entendu les réponses, Dilo et les garçons aux abdos minables

parlaient trop fort.

/

Mais Ema n’a pas répondu, je le sais because j’ai appris à lire sur les lèvres et que

les lèvres d’Ema n’ont rien articulé. Nothing at all.

Comme une entaille,

cousue,

les lèvres rouges d’Ema sont restées obstinément fermées à l’interrogatoire de Yui et

d’Aby, shut shut shut.

/

J’aurais voulu parler à Ema mais Dilo m’en a empêché. Ema l’hermétique, qu’elle

l’appelle.

Courte biographie de l’auteur

(FOURNIE PAR L’AUTEUR)

Comédien de formation, Stéphane travaille depuis plus de 15 ans avec des compagnies de théâtre et de danse, comme interprète, puis comme auteur. En 2017, il s’initie à la marionnette avec Luc Laporte et Sylvie Osman avant de suivre la formation mensuelle au Théâtre aux Mains Nues.

Sa pièce Hématome(s) est publiée aux Éditions Espaces 34. Pour celle-ci, il est lauréat de plusieurs prix : Beaumarchais-SACD, Prix Jeunesse des E.A.T., ARTCENA, et JLAT. Hématome(s) est traduite en allemand par Wolfgang Barth aux Éditions Österreichisher Bühnenverlag. Elle sera mise en scène par Espace Blanc, une compagnie de marionnettes, durant la saison 2020/21. Il participe au recueil de pièces courtes Liberté, égalité…, qui sera publié aux Éditions théâtrales jeunesse en septembre 2020. En 2017, il cofonde La Barbe à Maman. Auteur et comédien, il codirige les mises en scène des spectacles de la compagnie.Bientz

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.